Théâtre : mon avis sur La Peur

2
Théâtre : mon avis sur La Peur
5 4 votes

Une pièce de théâtre qui s’appelle La Peur peut sans doute… vous faire peur ! Non, ce n’est pas une pièce pour Halloween, mais en effet, ce n’est pas une comédie. Cependant, je veux vous en parler parce que si vous aimez les jeux d’acteurs exceptionnels, vous serez servi. Quelle performance ! Et quelle profondeur, cette histoire.

Le théâtre Michel propose l’adaptation d’une des nouvelles de l’auteur autrichien Stefan Sweig publiée en 1920 à Berlin (1935 pour sa version courte en France) : La peur. Cette histoire de tromperie sur un couple à la dérive dans les années 30 instaure un climat tendu et joue avec les codes du couple traditionnel de l’époque. Cette histoire a également été adaptée à plusieurs reprises au cinéma notamment par Roberto Rossellini avec un casting de choix (entre autre : Ingrid Bergman, Mathias Wieman). Quoi de plus naturel de retrouver cette œuvre retranscrite sur les planches d’un théâtre ? Pas si simple, mais le résultat est plutôt réussi !

Mon avis sur La Peur, pièce de théâtre de Stefan Sweig

Le peach : dans les années 30, Irène une trentenaire embourgeoisée vit avec un musicien à succès. Afin de se divertir et de fuir la morosité de son couple et le manque d’attention de son mari à son égard, elle le trompe avec un autre homme. Un jour, elle est prise en filature par la femme de son amant. Commence alors un jeu de chantage, cette femme menace Irène de tout raconter à son mari si elle ne la paye pas régulièrement. Mais est-ce bien la vérité ?

Ce que j’ai aimé

Le jeu d’acteurs, très intense et juste.

L’époque : les costumes, le décors, les ambiances

Le doute que l’on place dans notre esprit, le questionnement suscité, le dénouement inenvisagé

Ce que j’ai moins aimé

Le thème de la pièce : grave, douloureux et triste pour un vendredi soir. Mais on ne peut traiter de la peur sérieusement avec un sujet gai !!!

Némô vous donne son avis sur « La Peur » : Une pièce intéressante qui dépeint les affres du couple d’une époque bien précise. La place de l’homme et celle de la femme sont très connotées, ce qui laisse peu de place à un rapport d’égal à égal, la pièce en cela montre bien cette dualité, et l’acensant du mari sur sa femme. J’ai particulièrement été saisie par l’interprétation d’Irène par Hélène Degi, perdue, acculée, à la limite de l’hystérie. Une grande performance qui exacerbe totalement la culpabilité de cette femme qui se veut libre en trompant son mari mais reste prisonnière de sa culpabilité. Un très bon moment de théâtre, et l’occasion aussi de découvrir ce théâtre très sympa, et pourtant peu mis en avant par les sites de réservation : le théâtre Michel.

Réflexion, déroute, la pièce tient en haleine

Je suis fan de comédie. Je ne suis donc, a priori, pas le public adapté à ce type de pièce qui présente un sujet lourd.

Un homme, une femme, un quotidien et la routine. Une tromperie, puis la menace de tout aller dire à l’autre. Faut-il dire, se taire, dire la vérité, mentir, omettre ? Une menace réelle, ou celle de l’esprit ? Une manipulation peut-être… Tout ce mélange mène à La Peur. La peur de cette femme adultère qui ne sait que faire pour sauver son couple. Un thème finalement bien banal.

Mais le génie de la pièce n’est pas de montrer les actions. C’est de montrer ce sentiment : La Peur. Ce qu’elle dit de nous, ce qu’elle nous fait faire ou dire. C’est une pièce qui amène à réfléchir, vraiment, profondément.

On en sort grave. Grave sur le dénouement auquel on ne s’attend pas. Grave sur le sujet, qui nous concerne, ou nos proches. Grave sur le jeu des acteurs : vrai. Incroyablement vrai.

Amoureuse du théâtre, mon avis sur cette pièce est sans détour : fantastique ! Si comme moi, vous aimez les jeux d’acteurs, alors allez voir La Peur, qui reprend à Paris au mois de janvier 2017. Sinon, vous pouvez consulter l’avis de NémÔ sur la saison théâtrale et ses derniers spectacles.

Aller voir La Peur, pièce de théâtre

Théâtre Michel, 38 rue des Mathurins 75009 Paris

Jeudi, vendredi et dimanche à 19h (Relâches : du 1er au 11 janvier, 20 janvier, 26 janvier et 2 février 2017)

Métro / RER : Auber, Haussmann Saint Lazare, Madeleine ou Saint Augustin

29€ pour les rangs Or, 25€ en cat.1, 18€ en cat.2

La salle n’est pas grande, on est bien à l’orchestre, où qu’on soit.

Share.

About Author

CléÔ, c'est mon pseudo, ici et ailleurs dans ce grand bocal qu'est le Web. Utilisatrice frénétique du point d'exclamation, je me plais dans les grandes Ô ! pleines de spontanéité ;) Webworker au quotidien, je partage ici, avec vous, les sujets pour lesquels je me sens comme un poisson dans l'eau, sans complexe ni contrainte... Bienvenue dans ma bulle !

2 commentaires

  1. Salut. Drôle de nom pour une pièce de théâtre comique. Je ne suis pas allée voir ce show, mais ton article et la bande-annonce en disent long. J’espère qu’il y aura d’autres représentations.

    • Ah ce n’est pas vraiment comique, au contraire. Mais c’est un bon moment de théâtre ! Je crois que ça continue encore en janvier.

Leave A Reply