3 séries Netflix à fort potentiel existentiel !

0

Jusqu’à présent, j’ai réussi à me passer de Netflix. Jusqu’à présent. C’est dire… Non seulement je paye Prime ET la redevance télé, mais je ne regarde ni l’un, ni l’autre depuis que j’ai Netflix. Mon Dieu, ça y est ! Je suis tombée dans la marmite de potion Netflix ! Aucun retour en arrière n’est possible. Ou la puissance de créer de nouveaux besoins. Bravo !

Sans transition après cette première réflexion philosophique, je vous propose un petit palmarès des séries qui m’ont littéralement retournées ces derniers mois. Un brin prise de tête (quand même !), elles vous forcent à réfléchir, à vous creuser les méninges et à vous poser plein de questions philosophiques existentielles sur la vie, notre société, et si… et si…

Mince… Je vois qu’à ce stade, j’ai perdu les 3/4 de mon audience. Oups.

N°1 : Dark – en voiture Dolorean !

Non mais cette série… ! Le teaser ne me disait rien de rien. Ouh là, une série avec des enfants, glauque, ça sent la maltraitance à plein nez… On a bien assez des infos pour ça.

Et puis, un ami m’a dit qu’il n’avait jamais vu une série aussi époustouflante, même s’il lui avait fallu 2-3 épisodes pour être vraiment dedans et être parfois obligé de revoir des épisodes pour être bien sûr de comprendre… Alors j’ai tenté. Et j’ai avalé les deux saisons plus vite que l’éclair. A contrario, j’ai immédiatement été dedans.

La prochaine saison est prévue pour l’été prochain, et je le regrette un peu… La série est si complexe que je me demande si je ne vais pas être obligée de tout revoir pour poursuivre. Il faut avoir les idées claires, j’adore quand tout s’emmêle ! Mais je n’ai aucun regret, c’est un petit bijou.

Le pitch en bref : dans une petite ville perdue vivant grâce à sa centrale nucléaire, des enfants disparaissent mystérieusement à l’orée d’une grotte mystérieuse. Que leur est-il arrivé ? La police enquête, mais pas seulement.

On réfléchit sur quoi ? Le temps. Les coïncidences. Le hasard. Le destin.

N°2 : Messiah – il est revenu.

Autre genre, autre univers. Pas de place pour l’imagination dans cette série qui semble avoir défrayé la chronique. Ça se comprend dans la mesure où elle ouvre tant de sujets que ça laisse perplexe. Messiah est une série encrée dans la réalité. Ça pourrait tout à fait être une actualité présentée au JT de 20h. Une chronique d’aujourd’hui qui mobiliserait l’ensemble des théoriciens et intellectuels.

Celle-ci, on l’a testée un peu par hasard mais vraiment, quelle bonne surprise. Pas de grand spectacle, c’est une histoire fluide, par moment dure, mais sans pour autant « voir ». Personnellement, j’en ai marre de « voir » du sang et des actes amoureux. La suggestion est parfois bien plus choquante. Dans Messiah, on n’est pas réellement choqué, donc les âmes sensibles peuvent regarder la série si le sujet les intéresse.

Pour l’instant une seule saison qui, sans spoiler, se termine sur une question. La même qui nous taraude tout au long de la dizaine d’épisodes. Chacun se fait son idée…

Le pitch en bref : un prédicateur se fait connaître en Palestine et sauve la population de Deash, sous couvert de la parole sacrée. Miraculeux, il bouscule le dogme et rassemble les foules. Pourquoi ? Qui est-il ?

On réfléchit sur quoi ? Dieu. La religion. Jésus. Le terrorisme. Le pouvoir.

N°3 : The Good Place – un paradis d’enfer !

Non non, a priori, c’est pas du tout pour moi cette série. Au secours, c’est tellement absurde et bêbête. Non, non, il me faut quelque chose de construit, c’est has been les séries type années 80 où un public rit ou applaudit à chaque blagounette pas drôle des acteurs…

C’est vrai, c’est un peu l’ambiance de The Good Place, mais ne vous a-t-on jamais dit de ne pas vous fier aux apparences ? Si la forme parait burlesque, le fond n’en est pas moins intéressant. Il faut regarder la première saison en entier pour s’en rendre compte. Et quand c’est fait, je suis prête à parier que, comme moi, vous verrez les quatre suivantes et attendrez la prochaine avec impatience.

Par rapport à mes deux premiers choix, avec The Good Place, on se détend, on rit, on peut même regarder un peu en dilettante parce que ce n’est pas compliqué à suivre. Ça fait du bien aussi ce genre de série où on n’est pas obligé de mettre pause quand on veut réagir de peur de louper le petit indice qui vous perdrait dans les prochains épisodes. Une série légère mais qui mène à une vraie réflexion.

Le pitch en bref : Eléanore est accueillie dans un bureau, par un homme aux cheveux blanc. Il lui annonce qu’elle est morte, et qu’elle a mérité sa place « Au Bon Endroit » (The Good Place) car elle a été vertueuse toute sa vie. Mais cela a-t-il réellement été le cas ?!

On réfléchit sur quoi ? Le bien. Le mal. La vertu. Les choix. Les apparences. L’amitié. La vie après la mort.

Vous aussi, n’hésitez pas à me partager vos trouvailles en commentaire!

Share.

About Author

CléÔ, c'est mon pseudo, ici et ailleurs dans ce grand bocal qu'est le Web. Utilisatrice frénétique du point d'exclamation, je me plais dans les grandes Ô ! pleines de spontanéité ;) Webworker au quotidien, je partage ici, avec vous, les sujets pour lesquels je me sens comme un poisson dans l'eau, sans complexe ni contrainte... Bienvenue dans ma bulle !

Leave A Reply