Tout se joue en moins de 2 minutes : résumé

0
Tout se joue en moins de 2 minutes : résumé
4.5 4 votes

Saviez-vous que le succès d’une rencontre se joue en moins de 2 minutes ? Deux petites minutes qui, si elles ne sont pas soignées, peuvent être à l’origine du vent de l’année ou d’une occasion manquée regrettable.

C’est tout l’objet du livre de Nicholas Boothman : tout se joue en moins de 2 minutes, la première impression que l’on donne est celle qui reste.

Ce livre de développement personnel est un manuel. C’est une méthode qui vous aide à mieux appréhender les autres, à construire une relation, à bien engager la conversation. Quel que soit votre objectif, ce livre est un bel ouvrage pour peaufiner sa communication et apprendre les rudiments de la Programmation Neuro-Linguistique (PNL).

Un livre de développement personnel idéal pour se redonner confiance et faire le plein de « trucs et astuces ».

Voici donc un résumé de Tout se joue en moins de 2 minutes, focalisé sur les enseignements.

Tout se joue en moins de 2 minutes

Etape n°1 : se conditionner

Avant toute étape de communication, il convient de définir un objectif. Savoir à qui on souhaite s’adresser et pourquoi est un atout primordial pour engager la conversation.

Par exemple, si vous allez à un événement de « réseautage », renseignez-vous sur les participants et les personnalités à qui vous pourriez vous adresser. Ensuite, pensez à ce que vous voulez obtenir de ces personnes à long terme, ce qui vous permettra d’orienter votre communication petit à petit.

Communiquer, se présenter, engager la conversation, c’est avant tout s’ouvrir à l’autre. Pour diffuser des ondes positives au moment d’engager la conversation, c’est avant tout sa propre posture qu’il faut soigner.

D’abord, adopter une attitude d’ouverture. Oui : le langage « non-verbal » est plus impactant que le langage verbal. Il traduit votre intention réelle. Alors, cela peut être considéré comme du simple bon sens, mais :

  • « ouvrir son cœur » en déboutonnant sa veste,
  • décroiser les bras et faire des gestes d’ouverture paume vers le ciel,
  • arborer un sourire sincère

sont décisifs lors des premières secondes d’une entrée en conversation. L’auteur, Nicholas Boothman parle d’attitude utile.

L’objectif à ce stade n’est pas d’obtenir quelque chose de votre interlocuteur (objectif à long-terme). Vous devez, en quelques secondes, lui faire forte-impression et lui laisser un bon souvenir. Il doit impérativement se rappeler de vous la prochaine fois.

Développement personnel PNL tout se joue en moins de 2 minutes

Le 1er ingrédient est donc l’attitude. Si vous vous connaissez bien vous-même, vous saurez mettre en avant certains atouts de votre personnalité, des signes distinctifs qui laisseront un bon souvenir à votre interlocuteur (un nœud papillon alors que tout le monde porte une cravate par exemple, une chemise de couleur détonante, ou votre accent dans le cadre d’un événement international).

Pour bien vous connaître, je vous invite à la lecture de mon article sur mes résolutions bonheur 100% développement personnel, idéal pour une bonne introspection.

Etape n°2 : observer son interlocuteur

Vient alors une phase que je qualifie, en résumé de tout se joue en moins de 2 minutes, d’observation.

C’est là que la programmation neuro-linguistique entre en jeu ! Si vous avez besoin de détails, je vous conseille la lecture du livre, assez complet pour une première approche.

En résumé, rappelez-vous ceci : les être humains peuvent être catégorisés en 3 catégories. Les visuels, les auditifs et les kinesthésiques. Il est important de déceler rapidement dans quelle catégorie se place votre interlocuteur. Ainsi, vous pourrez adapter votre dialogue et votre attitude afin d’être mieux compris et entendu de lui.

Attention : observer et s’adapter n’implique aucunement que vous changiez. Il s’agit avant tout de vous permettre d’être plus efficace dans votre communication.

Tout se joue en 2 minutes

Les visuels : ils « voient » la vie, ils se créent des images, ils décrivent des tableaux, des couleurs. Ils ont souvent besoin qu’on leur prouve les choses pour u’ils puissent « voir où vous voulez en venir ». Quand vous leur posez une question, leur regard se porte en haut à droite ou à gauche (selon qu’il fasse appel à sa mémoire ou à une construction de l’esprit), ce qui indiquent qu’ils font appel à leur mémoire visuelle.

Exemple : lors d’un concert, il vous parlera des décors, des lumières, des costumes…

Les auditifs : ils perçoivent les sons, associent leurs expériences à des bruits. Ils écoutent, parlent, disent et évoquent un vocabulaire qui met en avant une ambiance musicale, rythmique, mélodique. Ils sont particulièrement sensibles au ton de votre voix, à sa mélodie et adorent converser.  Lors d’une conversation, leur regard se pose plutôt à droite ou à gauche (selon qu’il fasse appel à sa mémoire ou à une construction de l’esprit).

Exemple : lors d’un concert, il vous parlera de l’ambiance musical, du volume et de la qualité sonore, des claquements de mains.

Les kinesthésiques : ils sont surtout sensibles au sens du toucher et à l’expérientiel. Ils sont manuels, recherchent de nouvelles sensations et auront un discours souvent plus long que les visuels ou auditifs, parce que les mots pour décrire les sensations sont moins nombreux que ceux pour les sons et la vue. Plus posés, les kinesthésiques parlent plus lentement que les autres. Lors d’une conversation, leur regard se pose plutôt vers le bas (selon qu’il s’agisse de la mémoire ou d’un dialogue interne).

Exemple : lors d’un concert, le kinesthésique évoquera l’émotion généré par le spectacle : la transe, la tristesse, la joie, les impressions physiques…

Etape n°3 : passer à l’action

Une fois que vous êtes conditionné et que vous avez capté le « type » de personne à qui vous avez affaire, alors c’est parti, vous pouvez passer à l’action.

Il s’agit alors d’une étape d’adaptation à l’autre, qui participera à :

  • Déterminer la « catégorie » de la personne
  • Vous renseigner sur les centres d’intérêt de la personne et engager la conversation sur un sujet qui l’intéresse
  • Laisser un souvenir « inoubliable »

1°/ Exposer un fait sur le lieu dans lequel vous êtes, sur la météo du jour, sur la personne qui vous a invitée pour introduire la conversation.

2°/ Poser une question ouverte afin d’en savoir plus sur votre interlocuteur. Il s’agit d’éviter les verbes être, avoir et faire pour éviter toute réponse binaire : oui/non.

  • D’où venez-vous ?
  • D’où connaissez-vous l’hôte ?
  • Qu’avez-vous pensé de la conférence ?

C’est un bon prétexte pour déceler les centres d’intérêt et la « catégorie » de votre interlocuteur.

3°/ Se synchroniser avec l’interlocuteur

Cela consiste en :

  • adopter les mêmes gestes (discrètement !)
  • adopter le même ton de voix
  • adopter le même rythme respiratoire
  • adopter le bon vocabulaire, selon la catégorie de l’interlocuteur

PLN tout se joue en moins de 2 minutes

Vocabulaire visuel : afficher, analyser, apercevoir, brillant, coloré, clarté, éclairer, examiner, flou, esquisse, imaginer, inspecter, lueur, oubli, obscur, observer, perspective, portrait, scruter, témoigner, voir, vision, zoomer

Expressions visuelles : comment vous voyez-vous dans un an ? C’est une vision floue, ça se passe sous mes yeux, haut en couleur, on y voit plus clair, c’est un peu vague, éclairer sa lanterne, m’éclairer de vos lumières, avoir un avenir brillant

Vocabulaire auditif : accentuer, annoncer , articuler, appelez-moi, bouche bée, bruyant, calme, carillonner, débattre, déclarer, déclic, décrire, dire, demander, discuter, écouter, fracas, expression, façon de parler, franc parlé, gémir, grincement, grondement, harmoniser, hurler, message codé, mot pour mot, être à l’écoute, remarquer, résonner, rumeur, silence, sourd, tintement

Expressions auditives : avoir déjà entendu quelque part, en dire plus, se faire sonner les cloches, donner un compte rendu, l’harmonie règne enfin, accorder de l’attention, aimer le ton de sa voix, laisser dire, expliquer comment, façon de parler, que chacun exprime son opinion, recevoir un tonnerre d’applaudissements, tenir sa langue.

Vocabulaire kinesthésique : aiguiser, blesser, concret, embrouillé, connecter, émotion, épine dans le pied, chaleureux, contrainte, éviter, étourdi, explorer, chaud, dur, ferme, fixer, fondation, geler, insupportable, main dans la main, mouvement, perdre prise, pousser, précipiter, remuer, pression, rejeter, saisir, revenir à, serrer, sensible, solide, stress, structuré, tâtonner, tenir, tensions, troublé.

Expressions kinesthésiques : qu’est-ce que cela vous fait ? Il y a quelques obstacles, tomber sur un os, prendre contact, être secoué, avoir du mal à suivre, démêler un problème, s’en mettre plein les poches, laisser tomber, tirer les ficelles, supporter la pression, une épine dans le pied, garder le contact, na pas bouger, partir de rien, mettre le doigt sur, faire faire le tour, se sentir calme et détendu, explorer les possibilités.

4°/ Savoir détecter si la personne est réceptive ou non, clôturer ou continuer la conversation.

Pensez à rebondir sur les indices donnés par la personne. Cependant, si jamais vous sentez que votre interlocuteur n’est pas réceptif, abandonnez la conversation poliment. De même si vous pensez que cela ne mène à rien.

Pour le déceler, n’insistez pas au delà de 3 questions ouvertes restées sans réponses.

J’espère que ce résumé vous aura appris quelques petites choses utiles pour briller en société ! 

Share.

About Author

CléÔ, c'est mon pseudo, ici et ailleurs dans ce grand bocal qu'est le Web. Utilisatrice frénétique du point d'exclamation, je me plais dans les grandes Ô ! pleines de spontanéité ;) Webworker au quotidien, je partage ici, avec vous, les sujets pour lesquels je me sens comme un poisson dans l'eau, sans complexe ni contrainte... Bienvenue dans ma bulle !

Leave A Reply