Le beurre : bon pour la santé ?

3
Le beurre : bon pour la santé ?
5 4 votes

Je continue sur ma lancée d’articles-débats, et une fois n’est pas coutume, j’ai envie de parler de nourriture.

En fait, je ne sais plus vraiment à quel Saint me vouer ! Et voici ce qui me trotte en tête en ce moment :

1/ Mamie (la reine du bon sens à mes yeux) : elle a été élevée au beurre et me dit qu’il n’y a « rien de tel », notamment au petit dej’ avec du pain et de la confiture. Elle fait sans doute partie du panel qui fait des français le peuple le plus consommateur de beurre au monde avec près de 8kg par an et par personne. En même temps, on est les rois de la gastronomie ou on l’est pas !

2/ Le discours de certains médias alarmistes : le beurre est cancérigène et bouche les artères, est tellement gras qu’il ne peut que faire grossir. Bref : vade retro Satanas !

3/ La « tendance » vegan du moment : elle adoube la margarine, le beurre végétal. Comme c’est végétal, ça ne peut pas faire de mal… Et les industriels ont bien compris ce raccourci qui fait qu’en cas de doute, le végétal est plus facilement associé au naturel que la graisse animale.

Alors : faut-il porter aux nues la margarine et vouer le beurre aux gémonies ?

A la lumière de ce reportage de France 5 : le beurre et l’argent du beurre, dont je reprends les grands thèmes à la lumière de mon expérience personnelle, je ne le crois pas. Bien au contraire.

Je reviens au bon sens de mes aînées avec un crédo simple : la QUALITÉ un point c’est tout !

To beurre or not to beurre… Telle est la question !

Repartons aux origines du produit. Le beurre, c’est naturel puisqu’il se compose du gras du lait à plus de 80% et d’eau à moins de 20%. Du sel peut être ajouté (moins de 5%).

C’est comme tout, si votre matière première est de qualité, il n’y a aucune raison pour que les qualité nutritionnelles du produit ne soient pas bonnes. Le lait venant d’une vache ayant côtoyé les verts pâturages de nos montagnes ne peut produire qu’un bon lait de qualité.

Et puis, le beurre, c’est aussi un savoir-faire. Dixit Jean-Yves Brodier, LE grand maître du beurre français.  Il lui faut 3 jours pour fabriquer ses mottes et il en produit 200 tonnes par an seulement. Bien sûr, cette fabrication artisanale haut de gamme a un prix, entre 20€ et 30€ le kilo, alors que les industriels vendent le leur 2 à 3 fois moins cher…

Pensez à bien regarder les composants et privilégiez les 3 pré-cités pour vous assurer d’une bonne qualité de beurre. Attention aussi aux conservateurs ! Un bon produit n’en a pas, et doit se consommer dans les 3-5 jours suivant l’achat. Et oui, difficile de stocker. Mais bon, il faut savoir ce que l’on veut : on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

Le reportage de France 5 recommande le beurre Paysan Breton, un bon compromis qui utilise des ferments lactiques dans le beurre pour lui donner un arrière-goût de noisettes… Hummmm !

Concernant la santé, pour ne pas que le beurre soit toxique, il faut le clarifier pour qu’il ne devienne pas noir. Une fois clarifié, vous pouvez le cuire sans souci. La manipulation n’est pas compliquée, vous pouvez même le faire chez vous :

Après, c’est comme tout, le beurre c’est du gras, alors il ne faut pas en abuser. Les professionnels recommandent entre 10g et 60g par jour, pas plus.

La margarine : pensée pour concurrencer le beurre

Contrairement au beurre, la margarine n’est pas un produit naturel. Pour preuve, il est né dans les années 1950 et produit de toute pièce par les industriels.

Côté ingrédients, on compte des huiles à gogo (dont palme en général) entre la moitié jusqu’aux 2/3 du produit. 20% d’eau sont ajoutés, ce qui fait beaucoup, beaucoup de liquide. Alors pour durcir tout cela, on dit merci aux produits chimiques. Ils ne sont pas nécessairement néfastes, mais ils restent chimiques.

Pour faire passer la pilule, les industriels ont parlé de : « gras diététique« … Allons bon, c’est antinomique !

Ne vous faîtes donc pas avoir :

  • La margarine n’est pas anti-cholesterol. Pour que les agents soient actifs, il faudrait en manger énormément !
  • La margarine n’est pas pleine de bonnes choses saines. Par exemple, il n’y a pas non plus assez d’Omega3 pour qu’ils soient efficaces pour l’organisme.

Et en ce qui concerne le régime, le documentaire est sans appel et je partage tout à fait cette opinion : mieux vaut manger un peu de beurre que de manger beaucoup de margarine.

Ainsi, choisir la margarine n’est pas un problème en soi. Il faut savoir pourquoi on la choisit : par choix, par conviction, pour cause d’intolérance, etc. c’est honorable et cohérent. Mais pas pour des arguments minceur, nature, « meilleur pour la santé ».

Ne nous laissons pas embuer par ces écrans de fumée qu’on veut bien nous faire voir !

Le beurre allégé : le mauvais beurre

En fait, c’est lui LE produit à éviter car il a été imaginé pour concurrencer la margarine… C’est la suite infernale !

15% de matière grasse pour un produit gras, c’est alléchant… Même si personnellement, je ne comprends pas la logique. BREF.

En clair : moins de gras = + d’additifs chimiques dont l’amidon modifié, tout simplement indigeste. Mais on trouve aussi les arômes naturels (de beurre ???), les épaississants, etc.

A noter : si vous comptabilisez plus de 3E, alors laissez tomber. Ça ne vous apportera rien de bon.

Mon expérience, mes solutions alternatives

Si vous n’arrivez pas à prendre parti, que vous n’êtes convaincu par aucun de ces produits, bref : que vous êtes perdu, pas de panique ! Il reste encore des solutions simples !

1/ Le produit miracle ? L’huile de coco (bio, pour bien faire). C’est le top du top : elle est idéale pour les crêpes, les viandes, les légumes, les gâteaux… Mettez-la partout, elle remplace le beurre à merveille et n’a pas besoin d’être clarifiée. Elle est sans danger et ne laisse pas spécialement un goût de coco à la cuisson. J’ai testé, et je ne reviendrai pas en arrière !

2/ Cuisiner sans aucune graisse, c’est possible. A condition d’être bien équipé et d’avoir un peu d’imagination ! Si vous avez du cholestérol notamment, c’est la vraie solution. Dépassez la barrière psychologique, c’est le seul vrai régime qui vaille. Manger de tout, à sa faim, mais sans graisse. Donc sans beurre ni margarine, rien. Il faudra donc opter pour une batterie de cuisine en céramique pour ne pas que ça colle. Et pour le reste, à vous les épices, les herbes, les aromates pour donner tout le goût à vos préparation ! Pensez aussi aux bouillons et aux marinades. Le citron est aussi un très bon allié !

Share.

About Author

CléÔ, c’est mon pseudo, ici et ailleurs dans ce grand bocal qu’est le Web. Utilisatrice frénétique du point d’exclamation, je me plais dans les grandes Ô ! pleines de spontanéité ;) Webworker au quotidien, je partage ici, avec vous, les sujets pour lesquels je me sens comme un poisson dans l’eau, sans complexe ni contrainte… Bienvenue dans ma bulle !

3 commentaires

  1. Bonjour, pour varier les plaisirs on peut utiliser au p’tit déj des «beurres» végétaux, voire les faire soi même!
    Pas de margarine ici mais plutôt du «beurre» d’amandes, ou de pommes.
    J’ai testé l’amande c est très doux.
    Belle journée à vous!

    • Whaou ! Génial cette idée !!! J’ignorais complètement que ça existait. Ça doit être bon, et surtout pour la santé ! Merci d’avoir pris le temps de laisser ce petit mot, je vais me renseigner. Bonne soirée !

  2. Un excellent article sur le sujet, merci.
    On ne pense pas beaucoup aux beurres aromatisés (ail, herbes, citron,…) mais pour en avoir goûté au dernier salon du whisky c’est encore assez original et super gourmand !

Leave A Reply