Mon avis sur Josiane Balasko : la femme rompue

0
Mon avis sur Josiane Balasko : la femme rompue
4.4 5 votes

C’est un événement. En ce moment se joue La femme rompue, un texte de Simone de Beauvoir. Un texte fort de sens. Un texte étonnement moderne. Un texte incarné par la grande Josiane Balasko qui nous régale pendant 1h. Oui, en ce moment, les femmes ont une place spéciale dans mon cœur, dixit Françoise Sagan !

En un mot : j’ai adoré. Mais, je préfère prévenir que ce seule en scène s’adresse plutôt à un public averti. Il ne s’agit pas, selon moi, d’un monologue grand public, même si le thème est rassembleur (si vous préférez une pièce divertissante, je vous recommande les inséparables, dans le même théâtre). Mais si vous aimez l’art du théâtre, c’est vraiment à voir.

Le pitch : Monique nous présente à haute voix son journal intime. Une femme seule, détruite d’avoir voulu consacré sa vie à sa famille, car elle finit par se retrouver seule. La solitude lui pèse et pourtant elle ne lâchera rien pour y trouver une solution, malgré la douleur d’un divorce, d’une enfant suicidée et d’un petit dernier qu’elle ne voit plus. Colère, amertume et aigreur traduisent sa profonde douleur.

Josiane Balasko : sublime !

Josiane Balasko, c’est dans nos esprits la bande du Splendide. Mais c’est aussi et surtout Le Hérisson. Josiane Balasko, c’est une femme éminemment respectable de part sa carrière, mais surtout sa qualité d’actrice, exceptionnelle.

Je dirais en résumé qu’elle en impose. Elle fascine.

Seule en scène, elle nous tient pendant 1h en nous racontant « sa » vie. Une vie de femme, dure mais tellement émouvante. J’ai notamment apprécié l’utilisation des silences, des respirations, des temps morts. Je pense que c’est ce qu’il y a de plus difficile à gérer au théâtre, où tout est toujours en mouvement.

La femme rompue théâtre avis

Le texte transcendé de Simone de Beauvoir

Deux femmes d’exception, pour une représentation d’exception. Voilà à quoi pourrait se résumer La Femme Rompue.

Simone de Beauvoir s’est battue toute sa vie à travers les mots pour contribuer à changer l’image de la femme. On connait tous Le Deuxième sexe. Mais La femme rompue (issu d’un recueil de 3 nouvelles) est vraiment un texte qui pose questionnement. Comment un texte de 1967 peut-il être aussi moderne ? Sincèrement, l’on croirait une histoire d’aujourd’hui.

Sur le fond, il faut l’avouer, ça fait peur. Les choses n’ont donc pas évoluées en tant de temps. J’aime que ces temps culturels génèrent la réflexion, ouvrent le débat.

La situation de Monique montre les pressions sociétales qui enferment les femmes dans des rôles étroits qui ne comblent pas leur existence. Cela appelle aussi à la responsabilité individuelle d’examiner ses choix et de se cultiver une existence propre. Wikipedia

Sur la forme, là encore. Quelle modernité ! Ce langage parlé, souvent châtié est finalement assez visionnaire. A moins que l’on se fasse une fausse idée du vocabulaire de « dans le temps »… C’est possible. Quoi qu’il en soit, cette femme, on la comprend (ou pas). Ce qui est certain, c’est que cette histoire nous parle, on la transpose, on la comprend et ce même si le personnage est aigri, désagréable et désespéré.

La performance dans le jeu, oui, mais aussi et surtout dans le texte !

Aller voir La femme rompue

Théâtre hebertot 78 bis boulevard des Batignolles

jusqu’au 24 mars 2018, du mardi au samedi à 19h

Métro 3 arrêt Villiers ou Rome

Entre 15€ et 42€, mais avec – 50% en ce moment sur les 2 premières catégories sur le site du théâtre Hebertot

Share.

About Author

CléÔ, c'est mon pseudo, ici et ailleurs dans ce grand bocal qu'est le Web. Utilisatrice frénétique du point d'exclamation, je me plais dans les grandes Ô ! pleines de spontanéité ;) Webworker au quotidien, je partage ici, avec vous, les sujets pour lesquels je me sens comme un poisson dans l'eau, sans complexe ni contrainte... Bienvenue dans ma bulle !

Leave A Reply