Les 4 accords toltèques : avis et résumé

0
Les 4 accords toltèques : avis et résumé
5 4 votes

Les 4 accords toltèques avis résumé

Depuis que je m’intéresse à la méditation, et que je fais du yoga, je m’intéresse à la lecture de livres de développement personnel.

J’aimerais partager avec vous ma dernière lecture : les 4 accords Toltèques, la voie de la liberté personnelle.

J’ai littéralement dévoré ce livre de 140 pages, écrit par Don Miguel Ruiz. Je vous propose ici une fiche de lecture des 4 accords toltèques avec un résumé. J’espère que cela vous donnera envie d’aller plus loin. Bien sûr, mon avis sur les 4 accords toltèques est développé. Quoi qu’on en pense, je vous en recommande la lecture, pleine de bon sens.

Les 4 accords toltèques : résumé

Qui sont les toltèques ? Des hommes et des femmes sud-américains reconnus comme détenteurs de la connaissance, ayant vécu il y a des milliers d’années. Les maîtres, appelés naguals, détenaient cette connaissance, transmise de génération en génération par voie orale en toute discrétion; Jusqu’à aujourd’hui. Don Miguel Ruiz, l’auteur des 4 accords toltèques, est l’un de leurs descendants, et pose par écrit, ce savoir traditionnel ancestral.

Selon les naguals, chacun se met d’accord sur le rêve de sa vie. Un rêve qui nous est imposé par la société, en résumée. Pour changer le rêve de sa vie, une méthode toute simple à suivre est de modifier nos accords par les 4 accords toltèques.

1er accord toltèque : que votre parole soit impeccable

Deux grands thèmes sont à mettre en lumière dans cet accord : la parole, et impeccable.

On l’ignore en général, mais la parole est un pouvoir. Bien utiliser les mots, s’exprimer, faire passer un message est un don précieux dont nous n’avons aucune conscience de la puissance. La parole est le vecteur de la connaissance imposée, de l’éducation, du « moule » dans lequel on nous façonne dès la naissance. Sa portée peut être autant créatrice que destructrice. Il faut donc prendre conscience de ce pouvoir, et l’utiliser à bon escient.

Impeccable. Cela signifie étymologiquement : sans péché. Pécher, c’est faire quelque chose contre soi-même. Etre impeccable signifie donc : ne rien faire contre soi-même, et c’est avant-tout une question de bon sens. Si j’insulte une personne, je m’attire sa haine. Ma parole est donc une action contre moi-même, car elle a pour résultat la haine contre ma personne.

Moralité : une parole impeccable est une parole saine, sans jugement, dans les faits et qui n’attaque pas. Car toute action négative se retournera contre celui qui l’aura prodiguée. A méditer…

2ème accord toltèque : n’en faites pas une affaire personnelle

Intéressant : nous ne sommes touchés par le jugement des autres que si l’on se donne, inconsciemment, l’accord d’être blessé, heurté. C’est ainsi que commence l’enfer, dans la vraie vie et non dans l’au-delà !

Pour ne pas être touché par le jugement des autres, il faut se libérer de la peur qui crée les émotions et les réactions négatives. Effet indésirable : douter de soi, ne plus être en accord avec soi-même, et jouer le même jeu.

NON ! On pratique la parole impeccable pour sortir du jeu, et on prend de la distance avec ce qui est censé nous toucher personnellement. Pour ne pas y être sensible, il faut reprendre confiance en soi, savoir qui l’on est, être persuadé et convaincu de la justesse de nos actions. Cela mène alors à la réponse suivante : « Tu penses cela de moi, c’est ton droit, ton avis, ta supposition. Je ne le prends pas personnellement », et se dire intérieurement « Pas de souci, moi, je sais que je suis…, …, … ».

C’est sans doute en respectant cet accord que l’on se libère réellement.

3ème accord toltèque : ne faîtes pas de supposition

La supposition, c’est penser à la place des autres. C’est imaginer ce que les autres peuvent bien penser de nous et qu’ils ne nous diraient pas en face. N’est-ce-donc pas se créer du souci sans fondement ? Créer son propre poison, et se l’infliger de manière consentie ?

Ne pas supposer, c’est s’intéresser aux faits, aux vérités. C’est se libérer d’un mal que l’on s’auto-inflige.

4ème accord toltèque : faîtes toujours de votre mieux

C’est évident n’est-ce-pas ? Mais qui l’applique vraiment au quotidien, en conscience ?

Faire de son mieux, c’est s’accepter soi-même, tel que l’on est aujourd’hui. C’est se donner des objectifs cohérents en fonction de notre état d’esprit, ou physique. C’est s’écouter, s’analyser et agir en conséquence pour mener des actions cohérente, du mieux possible et s’offrir la réalité, l’accessibilité du succès.

Se connaître, c’est avoir conscience de ses atouts, de ses faiblesses, de ses points d’amélioration et d’agir en conséquence pour arriver au succès, même si c’est un petit succès. Faire de son mieux, c’est être satisfait de ses décisions, de sa production, de ce que l’on est. C’est s’assurer la conviction d’un sentiment de réussite, sincèrement atteint.

En résumé, les 4 accords toltèques sont une méthode vers la liberté. C’est une méthode pour être en accord avec soi-même, et se donner toutes les chances d’avancer avec sérénité.

Le processus de domestication, et le rêve de la planète

Voici mon passage préféré du livre.

C’est en fait le tout premier chapitre, qui met au parfum ! On y comprend la portée philosophique de cette lecture, et l’ouverture d’esprit qu’il faut pour adhérer et comprendre ce point de vue, très loin de ce que l’on nous inculque. Pour moi, ce sont des des vérités qui méritent d’être approfondies et qui m’ont poussées à dévorer les 4 accords toltèques !

C’est en fait l’introduction, avant la méthode proposée pour « vivre bien », une contextualisation.

On y apprend notamment que l’homme est domestiqué par lui-même et s’impose une vision de la vie. Une analyse intéressante de la société est proposée, qui force à prendre un certain recul sur ce que l’on nous apprend, sur notre manière d’agir, notre rapport aux autres. « La domestication nous apprend comment vivre et comment rêver ». Intéressant, non ?

On comprend que l’enfer et le paradis ne sont pas des visions de « l’après », ni si divines que ce que l’on veut bien nous faire croire. Ce sont en fait des visions du présent, de notre vie. Et l’enfer, comme le paradis se trouvent en nous. Nous sommes acteurs de nos vies, et nous créons notre propre enfer ou notre propre paradis pendant notre vie (de vivants) !

Mon avis sur les 4 accords toltèques

Vous l’avez compris, j’ai vraiment apprécié les 4 accords toltèques. Comme tout livre de développement personnel, je pense qu’il faut faire preuve d’ouverture d’esprit, prendre un certain recul, piocher ce qui peut être applicable dans notre propre cas. Il n’est pas utile de prendre cela pour argent comptant. Cela ne reste qu’une lecture instructive, sur laquelle on peut se faire sa propre opinion.

Ce que j’ai aimé

Le format de type manuel : court et facile à lire

Le bon sens des arguments, parfois évidents

L’ouverture d’esprit nécessaire pour comprendre où veut en venir l’auteur

Ce que j’ai moins aimé

La dernière partie sur la voie de la liberté, trop longue et trop guidée pour moi. M’arrêter au 4ème accord et réfléchir moi-même à leur application et aux effets sur ma personne m’aurait suffit.

Et vous ? Quel est votre avis sur les 4 accords toltèques ?

Share.

About Author

CléÔ, c’est mon pseudo, ici et ailleurs dans ce grand bocal qu’est le Web. Utilisatrice frénétique du point d’exclamation, je me plais dans les grandes Ô ! pleines de spontanéité ;) Webworker au quotidien, je partage ici, avec vous, les sujets pour lesquels je me sens comme un poisson dans l’eau, sans complexe ni contrainte… Bienvenue dans ma bulle !

Leave A Reply